Notre nouveau livre « Le génie des Abeille » le 21 septembre en librairie

Interview d’Eric Tourneret

Dans le livre « Le génie des abeilles », j’ai cherché à mettre littéralement en lumière le monde des abeilles, leur intimité dans la ruche, la hardiesse de leurs burinages. L’idée était d’unir dans un ouvrage les dernières découvertes scientifiques, la beauté et la complexité du vivant pour mieux donner à s’émerveiller, à partager la magie du monde.

Les articles scientifiques qui sortent chaque semaine sur les abeilles sont souvent complexes mais, si l’on les juxtapose avec les connaissances de cet insecte emblématique, il apparaît peu à peu une nouvelle trame, riche, vivante qui offre une compréhension nouvelle aux mystères du vivant.

Ainsi, la danse des abeilles du Prix Nobel Karl von Frich à la lueur des recherches de Thomas Seeley sur la démocratie des abeilles lors de l’essaimage lié aux recherches sur la communication sonore et thermique dans l’essaim de Jurgen Tautz donne une vision complètement nouvelle de la division de cet organisme qu’est une colonie.

« Dans un essaim posé sur une branche, les éclaireuses partent à la recherche d’une habitation nouvelle. Le volume de chaque habitat possible est mesuré, son orientation mémorisée et s’ensuit un véritable débat ou les éclaireuses vantent par leurs danses les résultats de leur recherche. Peu à peu, après les contre-visites de vigueur, un consensus se dégage dans l’essaim. Soudain, les éclaireuses montent la température de leur corps et plongent dans la masse de l’essaim en poussant du son strident. Les ouvrières touchées par ces dernières élèvent également leur température corporelle et c’est tout l’essaim qui s’envole. Dans les airs, il prend rapidement une forme ovoïde et se déplace lentement. Les éclaireuses toujours à l’œuvre le parcourent à vive allure de la tête à la queue pour donner la direction à la masse volante vers le nouvel habitat. Sur le tronc d’arbre creux ou la ruche vide choisie d’autres éclaireuses ventilent le rappel toutes leurs glandes de nasanov ouvertes pour émettre un marquage olfactif et guider ainsi leurs sœurs vers leur nouvelle maison ».

La ruche exposition Châlet et la ruche pédagogique Warré

Ludiques, ces ruches permettent de toucher le grand public en lui faisant découvrir le monde merveilleux des abeilles.
Pour accompagner l’éducation à l’environnement, Eric Tourneret, le photographe des abeilles et auteur du livre  » Le peuple des abeilles  » a créé avec Route d’Or apiculture deux ruches pour les ambassadeurs des abeilles et de la biodiversité. Ces ruches sont « Garantie d’origine France » et sont fabriquées dans le Maine et Loire.
Elles sont un outil de communication et d’exposition pour les apiculteurs et leurs clients d’entreprises, institutionnels et aussi pour des animations pédagogiques.

La ruche exposition et la ruche pédagogique from Eric Tourneret on Vimeo.


Télécharger la brochure : RuchesExpos
Tarifs sur demande à Apiculture Route d’or : http://routedor.fr
Email : info@routedor.fr

L’affaire de Verteuil d’Agenais, (enfouissement de semences) mettant en cause un agriculteur et la société Syngenta, sera jugée le 28 Mars prochain. 28.03.2012, à 13H30, Palais de Justice de Paris, 4, boulevard du Palais.

Juste le texte censuré par mon éditeur lors de la publication du Peuple des abeilles:

Ancien militaire, Maurice Coudoin est devenu apiculteur par passion. Il n’a rien d’un écologiste soixante-huitard. Pourtant lorsqu’en juin 2002, lorsqu’un voisin lui glisse à l’oreille qu’un agriculteur de sa commune du Lot et Garonne déconditionne et enfouit des semences traitées en quantité considérable sur ses terres, il cherche a en savoir plus. Après une inspection sur les terrains concernés où il découvre plus de grains de maïs en décomposition que de terre sur vingt centimètre de profondeur, il écrit au Préfet et dépose une plainte à la Gendarmerie. Le 10 août de la même année, Maurice Coudoin est averti que des camions de semences enrobées viennent d’être livrés.

Sur les lieux, le constat est effarant. Près de vingt tonnes de semences non vendues dont plusieurs palettes de sacs marqués Gaucho sont ouverts à mains nues sans aucune protection par l’équipe de l’agriculteur. L’inspecteur de la D.R.I.R.E. constate, prélève des échantillons de terre pour analyse. La conclusion est irréfutable, l’épandage certain, les résultats alarmants par l’importance des taux de résidus toxiques. D’autres analyses sont demandées concernant le lac d’irrigation qui se trouve à 500 mètres de l’église et qui jouxte des terres utilisées par ce même agriculteur trois années auparavant. Là aussi, l’eau contient de l’Imidachlopride, la substance active de cet insecticide. L’affaire aboutit après un an à Paris où le Juge d’instruction en charge du dossier se rend compte qu’il existe un vide juridique sur l’enfouissement des semences traitées aux insecticides, et aux fongicides. Ainsi, les semences enrobées non vendues, soit près de 13 000 tonnes par an, sont détruites par les fabricants sans que le législateur se soit enquis des procédures.

L’affaire Coudoin rejoint les chiffres alarmants publiés par l’institut Français de l’environnement sur la pollution de l’eau par les pesticides. Aujourd’hui en France 96 % des cours d’eau et 61 % des eaux souterraines contiennent des résidus de pesticide. Le texte adopté par les députés pour le projet de loi sur l’eau prévoit une contribution à la hauteur de 4% de l’agriculture, de 14 % pour les industries et de 82% pour les ménages. Ce projet de loi ne prend pas en compte les problèmes réels de pollutions de la nappe phréatique mais là encore, elle fait peser sur les seuls consommateurs les coûts de la dépollution des eaux.

Nicolas Géant, l’apiculteur des toits de Paris

Dans ce film, l’apiculteur des toits de Paris, Nicolas Géant visite ses ruches de la tour EDF à la Défense, puis à la Financière de l’Echiquier près de l’Arc de Triomphe pour finir sur le toit du restaurant La Tour d’Argent. En plein coeur de Paris, les images d’Eric Tourneret, le photographe des abeilles nous font voyager dans la ruche, sur les ruchers urbains de Nicolas l’apiculteur et sur les toits de Paris. Du Grand Palais au siège social de Louis Vuitton au Pont Neuf, Nicolas nous raconte sa passion des abeilles et son changement de vie. Images et vidéos réalisées en HD avec le Canon 5D mark 2.
Interviews, images, montage : Eric Tourneret.

Coup de pouce pour la planète

Eric Tourneret parcourt le monde pour rendre hommage aux abeilles.
Vaste chantier !

20 000 espèces répertoriées sur la planète !
S’autorisant toutes les audaces pour capter de manière originale ses frêles modèles, ce photographe hors norme photographie la grâce insoupçonnée de ces insectes. Et ses audaces de composition, l’originalité de ses cadrages réveillent nos yeux. On reste bluffé par le travail de l’artiste !
Qui donc aurait pu imaginer une telle organisation chez les abeilles dans une telle débauche de couleurs ?
Eric Tourneret saisit leur taille fine, leur petite gueule saupoudrée de pollen et, d’un simple clic, immortalise leur appartement-galerie où semble régner un ordre, une organisation quasi militaire.
Eric Tourneret rend hommage à ses apiculteurs qu’ils vivent au Cameroun, en Inde, en France ou ailleurs, à ces hommes ou femmes qui bichonnent ces sentinelles de la biodiversité que l’industrie chimique ne cesse de décimer.

Frantz Vaillant, Rédacteur en Chef de Coup de pouce pour la planète.

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/Revoir-nos-emissions/Coup-de-pouce-pour-la-planete/Episodes/p-17894-Eric-Tourneret.htm