Fritz Haber, prix nobel et inventeur des pesticides et des gazs de combats…

Fritz Haber (Nobel de chimie 1918) doit sa gloire à la synthèse de l’ammoniac à partir de l’azote atmosphérique, ce qui permet de fabriquer des engrais, donc de juguler la faim dans le monde. (Ca n’a pas encore marché..) Mais cet homme est aussi l’initiateur de la guerre chimique et l’inventeur du funeste Zyklon B. (Cela a bien fonctionné).

L’affaire de Verteuil d’Agenais, (enfouissement de semences) mettant en cause un agriculteur et la société Syngenta, sera jugée le 28 Mars prochain. 28.03.2012, à 13H30, Palais de Justice de Paris, 4, boulevard du Palais.

Juste le texte censuré par mon éditeur lors de la publication du Peuple des abeilles:

Ancien militaire, Maurice Coudoin est devenu apiculteur par passion. Il n’a rien d’un écologiste soixante-huitard. Pourtant lorsqu’en juin 2002, lorsqu’un voisin lui glisse à l’oreille qu’un agriculteur de sa commune du Lot et Garonne déconditionne et enfouit des semences traitées en quantité considérable sur ses terres, il cherche a en savoir plus. Après une inspection sur les terrains concernés où il découvre plus de grains de maïs en décomposition que de terre sur vingt centimètre de profondeur, il écrit au Préfet et dépose une plainte à la Gendarmerie. Le 10 août de la même année, Maurice Coudoin est averti que des camions de semences enrobées viennent d’être livrés.

Sur les lieux, le constat est effarant. Près de vingt tonnes de semences non vendues dont plusieurs palettes de sacs marqués Gaucho sont ouverts à mains nues sans aucune protection par l’équipe de l’agriculteur. L’inspecteur de la D.R.I.R.E. constate, prélève des échantillons de terre pour analyse. La conclusion est irréfutable, l’épandage certain, les résultats alarmants par l’importance des taux de résidus toxiques. D’autres analyses sont demandées concernant le lac d’irrigation qui se trouve à 500 mètres de l’église et qui jouxte des terres utilisées par ce même agriculteur trois années auparavant. Là aussi, l’eau contient de l’Imidachlopride, la substance active de cet insecticide. L’affaire aboutit après un an à Paris où le Juge d’instruction en charge du dossier se rend compte qu’il existe un vide juridique sur l’enfouissement des semences traitées aux insecticides, et aux fongicides. Ainsi, les semences enrobées non vendues, soit près de 13 000 tonnes par an, sont détruites par les fabricants sans que le législateur se soit enquis des procédures.

L’affaire Coudoin rejoint les chiffres alarmants publiés par l’institut Français de l’environnement sur la pollution de l’eau par les pesticides. Aujourd’hui en France 96 % des cours d’eau et 61 % des eaux souterraines contiennent des résidus de pesticide. Le texte adopté par les députés pour le projet de loi sur l’eau prévoit une contribution à la hauteur de 4% de l’agriculture, de 14 % pour les industries et de 82% pour les ménages. Ce projet de loi ne prend pas en compte les problèmes réels de pollutions de la nappe phréatique mais là encore, elle fait peser sur les seuls consommateurs les coûts de la dépollution des eaux.

Vive le savon de Marseille !!!

Je voulais juste retransmettre une info de plus pour ceux qui ne boycotte pas déjà tous les savons qui sentent plus chimique que les détergents qui lavent plus blanc que blanc.

Bref, pour tous ceux qui croient encore les vendeurs de la recette miracle…Et dans toutes les sphères de la vie. Hi hi hi Il faut bien rire…

Micropolluants : une bombe à retardement à l’échelle planétaire

[Lausanne, le 19 décembre 2011] Shampoings, gels douche, biberons, détergents, cosmétiques ou médicaments : les micropolluants envahissent notre quotidien. De plus en plus dénoncée par les médias, leur omniprésence est réelle mais les risques pour l’humain encore peu compris.

Rédigé par deux chercheurs suisses – Nathalie Chèvre et Suren Erkman, et publié aux Presses polytechniques et universitaires romandes dans la Collection Le savoir suisse, l’ouvrage« Alerte aux micropolluants » révèle pour la première fois l’étendue du problème et tire la sonnette d’alarme.

L’attention du public s’est récemment portée sur le scandale de la présence du bisphénol-A dans les composants des biberons et de la minimisation des risques liés. Une polémique emblématique de la question des micropolluants, cette substance étant loin d’être la seule à poser question : dioxines, pesticides ou encore nanoparticules sont détectés en nombre dans les produits de consommation courante, alors même que leurs effets à long terme sur le métabolisme humain demeurent incertains.

« La prise de conscience de la problématique des micropolluants est si récente que le grand public, les milieux politiques et même la communauté scientifique ne semblent pas encore réaliser l’ampleur des enjeux ! », s’étonnent les auteurs de l’ouvrage. L’impact potentiel de ce type de contamination dans l’environnement pose lui aussi question. La présence de pesticides et d’hormones dans l’eau potable est désormais avérée, et la communauté scientifique s’accorde à dire qu’il importe d’évaluer non seulement les risques liés à chaque substance, mais aussi aux effets combinés de leurs mélanges.

Une situation préoccupante

Les secteurs concernés par le problème sont innombrables: pesticides et agriculture, hormones et épuration de l’eau, additifs et alimentation, etc. Les conséquences toxiques ou génétiques de cette contamination planétaire préoccupent : cancer, asthme, obésité ou baisse de la fertilité, autant de spectres planant sur le consommateur non averti.

Pour la première fois, un ouvrage en français propose une synthèse accessible de la question des micropolluants et résume l’ensemble de la problématique des substances chimiques dans l’environnement. Avec le but avoué pour ses deux auteurs, Nathalie Chèvre et Suren Erkman, d’une prise de conscience de l’étendue réelle du problème, des risques associés, mais aussi de gestes simples à mettre en oeuvre, tant pour se prémunir que pour éviter de devenir l’acteur bien involontaire de ce type de pollution.

Monsieur le ministre de l’agriculture, avec 2,7 % d’agriculture bio en France, et ce qui se passe avec les pesticides systémique depuis 2004, vous êtes vraiment pas sérieux…

Juste un message reçu d’un apiculteur, un citoyen de base qui paye ses impôts et assume ses responsabilités sans immunités.

En février 2012, ils annuleront l’autorisation de 2011,
et en mars , le ministre de l’Agriculture redonnera une autorisation temporaire de trois mois pour les semis de maïs et le tour sera à nouveau joué !

et on vient nous bassiner avec  » l’abeille sentinelle de l’environnement, témoin de la biodiversité…. » et autres fariboles pour se donner bonne conscience,,
et on installe des ruches sur les toits des usines, des banques , dans les sites nucléaires et autres lieux toxiques pour pouvoir se donner une image écolo et communiquer sur le thème « voyez comme je suis propre, je protège les petites bêtes »
C’est triste à en pleurer quand on est apiculteur et qu’on voit mourir ses ruches sans en comprendre la raison
amitiés,
Lionel


Manifestation d’apiculteurs contre l’insecticide Cruiser à Paris, le 14 septembre 2011.AFP/JACQUES DEMARTHON

Le Conseil d’Etat a annulé lundi 3 octobre (2011) l’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour l’année 2010 du pesticide Cruiser 350.

Cette décision permet aux apiculteurs, qui accusent ce produit d’avoir tué leurs abeilles, de réclamer des indemnisations.

La plus haute juridiction administrative donne ainsi raison à la requête déposée début 2010 par l’Union nationale de l’apiculture française.
Il avait déjà annulé en février 2011 les AMM pour 2008 et 2009 du Cruiser, prédécesseur du Cruiser 350 également commercialisé par Syngenta Agro, après des requêtes similaires des associations d’apiculteurs.

« ABSENCE DE CONTRÔLE APPROPRIÉ »

Dans sa décision de lundi, le Conseil d’Etat rappelle que l’UNAF estimait « que la pratique, répétée par le ministre depuis 2008, consistant à accorder une autorisation d’une durée d’un an assortie de prescriptions destinées à s’assurer par des mesures de suivi de l’inocuité du produit, révèle l’absence de contrôle approprié. »

Le Conseil d’Etat juge l’autorisation pour une durée de un an illégale car ne répondant à aucune des hypothèses permettant de déroger à la règle de l’AMM de dix ans instaurée par le code rural

New Delhi poursuit le géant américain Monsanto

L’Inde va engager des poursuites judiciaires contre le groupe Monsanto. Pour la première fois, l’entreprise est accusée de bio-piraterie en ayant mis au point des aubergines transgéniques alors qu’ils n’avaient pas à la base l’autorisation d’utiliser une ressource naturelle pour le marché indien en plus.

http://www.france24.com/fr/20110921-inde-poursuites-judiciaires-d-un-groupe-americain-mosanto-pour-bio-piraterie-sur-le-marche-indien

Hier, pendant la pub, j’ai été horrifié par celle de Quick qui déclare être au top des contrôles qualités.

Alors, les industries empoisonnent le peuple en toute immunité… d’ailleurs je n’ai toujours eu un problème avec cette histoire d’immunité. Une femme, cinq enfants vivant en HLM est poursuivit pour chèque en bois pour 100 € et monsieur Truc, Député, Maire, Sénateur…et au conseil d’administration de Chimies et Co…élu avec une participation de moins de 50 % de la population au scrutin… universel…que de grands mots… lui député européen ne sera pas poursuivit pour quelques dizaines de milliers d’euros ou plus. Génial, je pense que je me suis trompé de métier, je me lance dans la politique…

Autrement, vachement plus marrant…LA tarte au cancer que l’on retrouve dans tous les bons super-marchers moins chers que chers…et hypers qui te vendent du BIO plus chers que chers mais surtout de très mauvaise qualité.

Voici, la liste des produits chimiques utilisés pour la fabrication d’une tarte aux cerises de supermarché, depuis le champ de blé jusqu’à  l’usine agroalimentaire.

Histoire de la Pâte...Pour obtenir la farine, les grains de blé ont été enrobés d’un fongicide avant semis. Pendant sa culture, le blé a reçu de 2 à 6 traitements de pesticides selon les années, 1traitement aux hormones pour raccourcir les tiges afin d’éviter la verse et 1 dose importante d’engrais: 240 kg d’azote, 100 kg de phosphore et 100 kg de potassium à l’hectare, tout de même !

Le blé moissonné, dans le silo, après récolte, les grains sont fumigés au tétrachlorure de carbone et au bisulfide de carbone, puis arrosés au chlopyriphosméthyl.

Pour la mouture, la farine reçoit du chlorure de nitrosyl, puis de l’acide ascorbique, de la farine de fève, du gluten et de l’amylase.

Ensuite, il faut faire lever la pâte. La poudre levante est traitée au silicate de calcium et l’amidon est blanchi au permanganate de potassium. Pas de pâte sans corps gras. Ceux-ci reçoivent un antioxydant (pour éviter le rancissement) comme l’hydroxytoluène de butyl et un émulsifiant type lécithine.

Histoire de la Crème…

La crème sur laquelle vont reposer les cerises se fait avec des oeufs, du lait, et même de l’huile.

LES OEUFS proviennent d’un élevage industriel où les poules sont nourries avec des granulés contenant des :

– antioxydants (E300 à E311),

-arômes,

– émulsifiants: alginate de calcium,

– conservateurs : acide formique,

– colorants : capsanthéine,

– agents liants: lignosulfate

– et enfin des appétants : glutamate de sodium, pour qu’elles puissent avaler tout ça.

Elles reçoivent aussi des antibiotiques, bien entendu, et surtout des anticoccidiens. Les oeufs, avant séchage, reçoivent des émulsifiants, des agents actifs de surface comme l’acide cholique et une enzyme pour retirer le sucre du blanc.

LE LAIT provient d’un élevage industriel où les vaches reçoivent une alimentation riche en produits chimiques :

– antibiotiques : flavophospholipol (F712) ou monensin-sodium (F714)

– antioxydants : ascorbate de sodium (F301), alphatocophérol de synthèse (F307), buthyl-hydrox-toluène (F321) ou éthoxyquine (E324),

– émulsifiants : alginate de propylène-glycol (F405) ou polyéthylène glycol (F496),

– conservateurs : acide acétique, acide tartrique (E334), acide propionique (F280) et ses dérivés (F281 à E284),

– composés azotés chimiques : urée (F801) ou diurédo-isobutane (F803),

– agents liants : stéarate de sodium,

– colorants : F131 ou F142

– et enfin des appétants pour que les vaches puissent manger tout ça, comme le glutamate de sodium.

LES HUILES quant à elles, ont été :

– extraites par des solvants comme l’acétone,

– puis raffinées par action de l’acide sulfurique,

– puis lavées à chaud,

– neutralisées à la lessive de soude,

– décolorées au bioxyde de chlore ou au bichromate de potassium

– et désodorisées à 160°C avec du chlorure de zinc.

– Enfin, elles ont été recolorées à la curcumine.

La crème de la tarte, une fois fabriquée, reçoit des arômes et des stabilisants comme l’acide alginique (E400).

Histoire des CERISES :

(complété d’après des éléments de « Aromatéerapie » Jean Valnet 1990, Maloine)

Les cerisiers ont reçu pendant la saison entre 10 et 40 traitements de pesticides selon les années.

Les cerises sont :

– décolorées à l’anhydride sulfureux

et recolorées de façon uniforme à l’acide carminique ou à l’érythrosine.

– Elles sont plongées dans une saumure contenant du sulfate d’aluminium

– et à la sortie, reçoivent un conservateur comme le sorbate de potassium (E202).

Elles sont enfin enduites d’un sucre qui provient de betteraves qui, comme les blés, ont reçu leur bonne dose d’engrais et de pesticides. Ce sucre est extrait par :

– défécation à la chaux et à l’anhydride sulfureux,

– puis décoloré au sulfoxylate de sodium,

– puis raffiné au norite et à l’alcool isopropylique.

– Il est enfin azuré au bleu anthraquinonique.

Par ces traitements, les cerises ayant donc perdu tout leur goût, il est nécessaire d’ajouter un parfum artificiel alimentaire. Ce parfum est une recréation synthetique du goût et de l’odeur à partir d’éléments artificiels issus de la chimie du pétrole aux prix de revient extrêmement faibles- par économie d’échelle – en comparaison du parfum naturel de fruit.

L’exemple développé est ici la cerise, mais de tels composés servent à recréer aussi bien des parfums artificiels de fraise, d’ananas, de framboise, de miel, de caramel, de muguet.. etc.

Le PARFUM ARTIFICIEL de cerise se compose donc des molécules synthetiques (donc à lastéréochimie inversée) suivantes :

– acétate d’ethyle

– acéthyl méthylcarbinol

– butyrate d’isoamyle

– caproate d’ethyle

– caprylate d’isoamyle

– caprate d’ethyle

-butyrate de terpenyle

– geraniol

– butyrate de geranyl – acetylacetate d’ethyle

– heptanoate d’ethyle

– aldéhyde benzoique

– aldéhyde p-toluique

– vanilline

– essence artificielle d’amande amère SAP

– essence artificielle de girofle Bourbon

– essence artificielle de cannelle Ceylan

– essence de lie de vin .

 

Ce texte, consacré à « la tarte aux cerises de supermarché » a été rédigé par Claude Bourguignon, un ingénieur agronome qui travailla à l’INRA, avant de quitter l’honorable maison pour cause de désaccord. Spécialiste de la microbiologie des sols, c’est lui qui démontra, pour la première fois, que les sols cultivés à grand renfort d’engrais chimiques et de pesticides, étaient biologiquement … morts. Tout ce qui fait la vie, et donc la qualité des terres, à savoir les populations microbiennes et fongiques, est détruit par les produits chimiques, conduisant à une perte des nutriments et à l’érosion des sols.

Membre de la Société américaine de microbiologie – en France , il n’ y a plus aucune chaire de microbiologie des sols, y compris à l’INRA! – Claude Bourguignon a créé avec sa femme le Laboratoire d’analyse microbiologique des sols, qui intervient dans de nombreux pays, pour aider les agriculteurs à retrouver la fertilité de leurs sols.

Bon appétit!

PS : J’avais vraiment envie de le faire…Tout cela pour que Nicolas Hulot ne passe aucune alliance avec les deux partis. C’est juste une histoire de confiance. N’est pas peur Nicolas, c’est eux qui ont besoin de légitimité… L’urgence environnementale, c’est aujourd’hui.

Autrement, dernière histoire marrante…d’un ami amérindien. « Aujourd’hui la question est simple. Une tempête arrive et il y a seulement deux attitudes. La première, c’est faire face et regarder réellement. La seconde, c’est faire l’autruche mais tu aura quand même les fesses à l’extérieur quand l’ouragan arrivera… »


Autrement pour en savoir plus sur Claude BOURGUIGNON

Alerte !!! La Terre est malade !!!! par vertgrom666