La ruche pédagogique en images

Les tirages sont de très grandes qualités et sont imprimé sur de l’adhésif ( donc plastifié, ne craignant ni les traces de doigts, ni l’eau). Ils sont collé sur du PVC en recto/verso et installé dans des cadres Dadants ou warré.

Et la ruche

Une vidéo sur la plus grande fête du miel au monde en Chine

La ruche exposition Châlet et la ruche pédagogique Warré

Ludiques, ces ruches permettent de toucher le grand public en lui faisant découvrir le monde merveilleux des abeilles.
Pour accompagner l’éducation à l’environnement, Eric Tourneret, le photographe des abeilles et auteur du livre  » Le peuple des abeilles  » a créé avec Route d’Or apiculture deux ruches pour les ambassadeurs des abeilles et de la biodiversité. Ces ruches sont « Garantie d’origine France » et sont fabriquées dans le Maine et Loire.
Elles sont un outil de communication et d’exposition pour les apiculteurs et leurs clients d’entreprises, institutionnels et aussi pour des animations pédagogiques.

La ruche exposition et la ruche pédagogique from Eric Tourneret on Vimeo.


Télécharger la brochure : RuchesExpos
Tarifs sur demande à Apiculture Route d’or : http://routedor.fr
Email : info@routedor.fr

– LES MOISSONS DU FUTUR – Comment l’agroécologie peut nourrir le monde. Un documentaire et un livre de Marie-Monique Robin

A la veille de la conférence environnementale, prévue les 14 et 15 septembre, LES MOISSONS DU FUTUR, nouvelle enquête internationale de Marie-Monique Robin permet de constater que des alternatives aux pesticides existent.

« J’ai consacré près de deux ans à cette enquête, avec des déplacements dans douze pays, des rencontres avec des scientifiques et des agriculteurs. Je veux montrer que l’agro-écologie, qui n’est pas simplement une agriculture bio, peut nourrir la planète, contrairement à ce qu’affirment les industriels des pesticides. »
Marie-Monique Robin


« Si on supprime les pesticides, la production agricole chutera de 40% et comment on nourrit les gens ? » Prononcée par Jean-René Buisson, le patron de l’industrie agroalimentaire, dans une émission télévisée à laquelle participait Marie-Monique Robin en mars 2011, cette question est répétée à l’envi par les promoteurs privés ou publics de l’agriculture industrielle. « Il n’est pas possible de cultiver des pommes, des poires ou des fruits sans aucun pesticide » avait renchéri le ministre de l’agriculture de l’époque Bruno Lemaire.
Ces assertions ont poussé l’auteur du Monde selon Monsanto à réaliser une enquête internationale afin de répondre à cette question fondamentale pour la survie de l’humanité : « Comment parvenir à nourrir les 9 milliards d’habitants que comptera le monde en 2050 sans épuiser définitivement les ressources de la planète ? ».

A travers quatre continents (Afrique, Asie, Amérique du Nord et du Sud, et Europe), s’appuyant sur les témoignages d’experts (agronomes, économistes, responsables politiques, représentants d’organismes internationaux) mais aussi de nombreux agriculteurs, le livre dresse un bilan de la « Révolution verte » qui, après un demi-siècle, n’est pas parvenue à nourrir le monde, tandis qu’elle participait largement au réchauffement climatique, épuisait les sols, les ressources en eau et la biodiversité, et poussait vers les villes et bidonvilles des millions de paysans. Un peu partout dans le monde, des expériences pratiquant l’agriculture familiale et biologique sur une large échelle sont hautement efficaces d’un point de vue agronomique et économique et elles représentent un modèle d’avenir car elles s’inscrivent dans le cadre d’un développement durable.
Du Mexique au Brésil, en passant par la Tanzanie, le Sénégal, l’Inde, le Japon, les Etats Unis et plusieurs pays européens, Les moissons du futur est un livre résolument optimiste qui montre que « l’on peut faire autrement » pour résoudre la question alimentaire en respectant l’environnement et les ressources naturelles, et en (re)donnant aux paysans un rôle clé dans cette évolution indispensable.

LES MOISSONS DU FUTUR
COMMENT L’AGROÉCOLOGIE PEUT NOURRIR LE MONDE
DE MARIE-MONIQUE ROBIN

Un livre ARTE Éditions & La Découverte – le 11 octobre 2012
21×15 cm – 224 pp – 20€
Un film diffusé sur ARTE le 16 octobre à 20h50 et Disponible en DVD chez ARTE EDITIONS le 24 octobre 2012
Coproduction : ARTE France, M2R Films, CFRT, SOS Faim Belgique (France, 2012, 1h36mn)

Abeilles du monde, un diaporama original en français, anglais, russe et japonais…


Depuis 2004, je témoigne des liens tissés entre les abeilles et les hommes sur les cinq continents.
Mes reportages montrent la diversité et l’enracinement de l’apiculture dans toutes les civilisations du monde. Ces histoires humaines parlent de cultures et de techniques qui risquent de disparaître avec la mondialisation.
Le projet « Abeilles du Monde » met aussi en perspective l’active prédation de l’homme sur le milieu naturel.
Photographe engagé, je cherche à montrer que la disparition des espèces n’est pas une fatalité, mais une question de priorités et de valeurs.
C’est pourquoi je suis heureux du partenariat autour du projet “Abeilles du Monde” avec la Fondation Melvita avec qui nous partageons le même engagement en faveur des abeilles, de l’agriculture biologique et de la préservation des milieux naturels.
Eric Tourneret

Since 2004, I have been bearing witness to the bonds that have been woven between bees and humans on five continents.
My features show the diversity and deep-rootedness of beekeeping in all civilizations in the world. These human stories speak of cultures and techniques that are in danger of disappearing with globalization.
As a committed photographer, I seek to show that the disappearance of the species is not something inevitable, but simply a question of priorities and values.
That’s why I am happy about this partnership with the Melvita Foundation, which shares with me the same commitment to bees, organic farming and the preservation of natural environments.
Eric Tourneret

As cave paintings from the Neolithic era or those found in the Cave of the Spider can show, humankind and the bee have a close alliance.
Nomad-gatherers, bee shepherds or settled beekeepers, they keep alive, over the entire surface of the globe, a mysterious fraternity in which symbols, legends and mutual benefits merrily coexist.
The rampant standardization of the world works at destroying this fascinating ethno-diversity.
With courage and tenacity, Eric Tourneret – the talented “bee photographer” – aims to testify to these threatened centuries-old traditions and at the same time make known the fortunate initiatives that are reintroducing the “daughters of the sun” into the heart of the cities.
Through its commitment, the MELVITA Foundation has made it its mission to stand by this beautiful project of a lifetime…
Bernard CHEVILLIAT
Melvita Founder

https://vimeo.com/37049704
世界の蜂 エリック トゥルヌレ
https://vimeo.com/37030235
Фонд Melvita представляет проект «Пчелы мира». Эрик Турнере

WikiLeaks Says EPA Is A Buzz Kill For Bee Colonies – I just want to share it – Remember when you vote… politics know

December 20, 2010 Global Animal
Dec. 20, 2010 – A memo leaked to a Colorado beekeeper indicates that the EPA was well-aware that the pesticide Clothianidin poses serious risks to honey bees, according to WikiLeaks. Yet the federal agency allowed Bayer to widely use the pesticide on corn, wheat and other staple food products, amounting to a $262 million cash crop for the Fortune 500 pharmaceutical and chemical company.

While the WikiLeaks media frenzy may have been focused on the release of tens of thousands of classified military and U.S. State Department documents, it’s a leaked Environmental Protection Agency document that has conservationists, environmentalists and beekeepers abuzz.

The November 2nd memo, leaked to a Colorado beekeeper, indicates that the EPA was well-aware that the pesticide Clothianidin posed some serious risks to honey bees. There have been concerns about this chemical from as far back as 2003, and it’s already been banned in Germany, France, Italy and Slovenia because of its toxicity. But the EPA chose to sweep all that under the rug to keep the pesticide on the market.

Clothianidin, marketed as “Poncho” by Bayer, is widely used on corn, as well as canola, soy, sugar beets, sunflowers and wheat. As if the $262 million cash crop from last year wasn’t enough, Bayer wants to keep expanding the pesticide’s use. And the company’s original registration was based on some seriously flawed science: they evaluated the wrong crop, with the wrong controls to assess the impact on bees.

This all adds up to some serious questions about the government contributing to Colony Collapse Disorder as they knowingly allowed Bayer to poison bees. And this is about a lot more than honey production … native habitats, and as much as one-third of America’s food supply, rely on the pollination provided by bees.

In light of the leaked memo, the National Honey Bee Advisory Board, American Beekeeping Federation, American Honey Producers Association, Beyond Pesticides, Pesticide Action Network North America, and Center for Biological Diversity sent a letter to the EPA requesting that the agency “take urgent action to stop the use of this toxic chemical.”

The letter goes on to point out that this new information indicates an overuse of the Office of Pesticide Program’s conditional registration program. This bee boondoggle “represents a failure that could and should have been avoided.” As a result, the coalition is calling for an immediate moratorium on these types of registration until the program is evaluated.

There’s still a lot we don’t know about Colony Collapse Disorder and the massive bee die-offs it’s been causing. One thing we do know is that bees are in trouble, and that’s not good news for all the animals (and humans) who rely on the plants these important insects sustain.

Join the call for the EPA to stop the sale of Poncho and conduct a thorough study into the pesticide’s impact on wildlife.

By Stephanie Feldstein
http://animals.change.org/blog/view/wikileaks_uncovers_government_bee_killing_conspiracy

Excerpt from leaked EPA memo:

Clothianidin’s major risk concern is to nontarget insects (that is, honey bees). Clothianidin is a neonicotinoid insecticide that is both persistent and systemic. Acute toxicity studies to honey bees show that clothianidin is highly toxic on both a contact and an oral basis. Although EFED does not conduct RQ based risk assessments on non-target insects, information from standard tests and field studies, as well as incident reports involving other neonicotinoids insecticides (e.g., imidacloprid) suggest the potential for long-term toxic risk to honey bees and other beneficial insects.
http://www.globalanimal.org/2010/12/20/wikileaks-says-epa-is-a-buzz-kill-for-bee-colonies/26984/
En Français: http://www.unaf-apiculture.info/presse/2011_1101_Francesco_Wikileaks_clothiaSD1.pdf

En librairie le 28 mars !

Le nouveau livre de notre ami Jean-Marie PELT “Cessons de tuer la terre pour nourrir l’homme ! pour en finir avec les pesticides” (Editions Fayard)

Le « Grenelle de l’environnement » a prévu de réduire de moitié l’utilisation de pesticides à l’horizon 2018. Maintes questions se posent en effet depuis des années sur leurs effets sur la santé au sujet desquels les inquiétudes se confirment. Il est aussi tout à fait probable que la disparition totale des abeilles dans certaines régions est due à leur emploi intensif. Aussi doit-on envisager dès à présent le remplacement de ces produits, que ce soit dans les vastes exploitations agricoles, dans les jardins des « rurbains », ou dans ces cultures miniatures qui agrémentent les balcons et terrasses des citadins. De nouvelles stratégies se dessinent, menées par l’agriculture et le jardinage bio, mais pas seulement. Au lieu de lutter contre les agents pathogènes par des produits dont le nom se termine en –cide, on préfèrera stimuler les défenses naturelles des végétaux, utiliser des composants peu ou pas nocifs, avoir recours à des plantes qui « dépolluent » les sols, voire ouvrir des voies absolument nouvelles et étonnantes.
Botaniste et fervent écologiste avant l’heure, Jean-Marie Pelt fait ici le point sur l’ensemble de ces perspectives prometteuses et parfois très originales dont certaines sont d’ores et déjà mises en œuvre à travers le monde.